Les journalistes du LA Times qui exigeaient des reportages impartiaux ont été interdits de couvrir Gaza

Publié le

Les journalistes du LA Times qui exigeaient des reportages impartiaux ont été interdits de couvrir Gaza

Le Los Angeles Times (LAT) a interdit à 38 journalistes de couvrir Gaza pendant au moins trois mois après avoir signé une lettre ouverte critiquant les rédactions occidentales pour leurs reportages biaisés sur le génocide des Palestiniens par Israël.

« L'urgence de ce moment ne peut être surestimée. Il est impératif que nous changions de cap », indique la lettre ouverte.

La direction du LAT a affirmé que la signature de la lettre ouverte violait la politique d'éthique du journal, mais la politique ne contient aucune interdiction explicite contre les lettres ouvertes. Même si la politique d'éthique interdit aux membres du personnel de s'engager dans des activités de plaidoyer politique et stipule que le personnel doit éviter d'exprimer publiquement ses opinions politiques, le personnel de LAT a affirmé qu'exiger que les rédactions s'engagent dans une couverture impartiale n'est pas politique.

« Il s'agit d'un problème qui a surgi dans plusieurs salles de rédaction représentées par notre locale, et nos membres ont, entre autres problèmes, exprimé de vives inquiétudes concernant l'interprétation et l'application confuses, incohérentes, opaques et inégales des règles, en particulier à LAT », Matt Pearce, président du syndicat des parents du LAT, Media Guild of the West, a déclaré Presse publique de Los Angeles.

La lettre ouverte encourage les médias à décrire les actions d'Israël à Gaza en utilisant des termes qui ont été employés par les experts, notamment « nettoyage ethnique », « apartheid » et « génocide ».

« Nous tenons également les rédactions occidentales pour responsables de la rhétorique déshumanisante qui a servi à justifier le nettoyage ethnique des Palestiniens », indique la lettre. « C'est notre travail : demander des comptes au pouvoir. Sinon, nous risquons de devenir complices du génocide.

Lire aussi  Tlaib présente un projet de loi interdisant aux dettes médicales d'apparaître dans les rapports de crédit

La lettre exige également que les médias occidentaux condamnent les forces israéliennes pour avoir tué des journalistes. Selon le Comité pour la protection des journalistes (CJP), au moins 64 journalistes et professionnels des médias ont été tués dans la guerre israélienne contre Gaza le 7 décembre, principalement par des frappes aériennes israéliennes.

« Les journalistes de toute la région font de grands sacrifices pour couvrir ce conflit déchirant », a déclaré Sherif Mansour, coordinateur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du CPJ, dans un communiqué. « Ceux de Gaza, en particulier, ont payé et continuent de payer un tribut sans précédent et sont confrontés à des menaces exponentielles. Beaucoup ont perdu leurs collègues, leurs familles et leurs installations médiatiques, et ont fui en quête de sécurité lorsqu'il n'y avait ni refuge ni issue.

Par crainte de représailles de la part de leurs employeurs, plus de 30 journalistes ont demandé que leur signature soit retirée depuis la publication de la lettre ouverte le 9 novembre. Au 13 novembre, 1 484 journalistes, actuels et anciens, avaient signé la lettre.

Les travailleurs des médias et les syndicats ont été de fervents défenseurs d'une couverture impartiale du génocide dans les médias occidentaux, exigeant que les sociétés de médias condamnent les assassinats ciblés de journalistes palestiniens.

Le 13 octobre, l'Union nationale des écrivains a condamné les actions de l'armée israélienne « et ses attaques spécifiques contre la presse », et a exhorté les médias occidentaux à « couvrir cette guerre de manière factuelle, impartiale et dans un contexte historique approprié. » En novembre, les professionnels des médias se faisant appeler « Bloc des écrivains » ont organisé un sit-in à Le New York Times hall d'entrée. Les professionnels des médias ont lu les noms de milliers de Palestiniens tués à Gaza depuis le début de l'actuelle campagne militaire israélienne, ainsi que les éditions éparses d'un faux journal accusant les médias de « complicité de blanchiment du génocide ».

Lire aussi  L'une des plus grandes universités publiques des États-Unis pourrait connaître sa première grève en 257 ans

« C'est incroyable de voir des centaines d'écrivains et de journalistes prendre part à cette action, car cela nous montre que les mauvaises pratiques journalistiques, comme l'omission de faits, l'expression passive, la négation des crimes de guerre et le traitement de la vie des Palestiniens comme si elles étaient moins importantes, que diaboliser, diffamer et déshumaniser les Palestiniens et la résistance palestinienne, est totalement inacceptable, si nous voulons être honnêtes et si nous voulons être loyaux aux règles de cette profession que nous appelons les nôtres », a déclaré le journaliste et poète palestinien Mohammed. El-Kurde.

Les professionnels des médias ont fait face à un niveau de représailles sans précédent pour avoir pris la parole. En octobre, BBC News Arabe a retiré six de ses journalistes pour avoir aimé ou publié des messages pro-palestiniens sur les réseaux sociaux, et en novembre, le géant des médias Hearst a institué une nouvelle politique sur les réseaux sociaux qui interdit à ses employés d'exprimer des « opinions politiques personnelles » en ligne. Rédacteurs à Forum d'art et eLife ont également été licenciés pour avoir soutenu la libération palestinienne.

Malgré les représailles auxquelles les professionnels des médias ont été confrontés, nombreux sont ceux qui ont é de reculer.

« Nous sommes des journalistes et des créateurs de médias américains qui appelons à un cessez-le-feu permanent, à la liberté de tous les prisonniers politiques palestiniens, y compris les journalistes, et à la fin complète de l'occupation militaire de la Palestine et du système d'apartheid en Israël », ont écrit des journalistes pour Toussus.net. « C'est un moment politique déterminant de nos vies. »

Avatar de Flore Malaud

Laisser un commentaire