Les États-Unis continuent de financer des projets de combustibles fossiles à l’étranger malgré l’engagement de la COP26

Publié le

Les États-Unis continuent de financer des projets de combustibles fossiles à l’étranger malgré l’engagement de la COP26

Au milieu de l'aggravation de l'urgence climatique et des préparatifs de deux sommets des Nations Unies pour y faire face, une analyse publiée mercredi a critiqué plusieurs pays, dont les États-Unis, pour avoir continué à investir collectivement 4,4 milliards de dollars dans des projets de combustibles fossiles à l'étranger après s'être engagés à mettre fin à ce type de financement public. à la fin de l'année dernière.

Oil Change International (OCI) a constaté que les États-Unis, la Finlande, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, les Pays-Bas et la Suisse comptent plus de 20 projets de combustibles fossiles en attente d'approbation finale et 15 projets approuvés. Quatre projets financés par les États-Unis en Indonésie, en Pologne, à Singapour et en Afrique du Sud ont déjà été approuvés et reçoivent 1,5 milliard de dollars.

Six autres projets soutenus par les États-Unis – situés aux Bahamas, à Bahreïn, en Bulgarie, en Guyane, en Irak et en Papouasie-Nouvelle-Guinée – sont toujours en attente. Il existe également deux projets de gaz naturel liquéfié (GNL) approuvés situés aux États-Unis, mais bénéficiant d'un financement allemand total de 472 millions de dollars, ainsi qu'un projet en cours aux États-Unis soutenu par le Japon.

L'Allemagne a également un projet approuvé au Bangladesh et des projets en cours au Brésil, à Cuba, en République dominicaine, en Irak et en Ouzbékistan. Le Japon a approuvé des projets en Inde, en Indonésie et en Ouzbékistan, ainsi que des projets en cours au Brésil, en Jamaïque et en Russie. L'Italie a approuvé des projets en Indonésie, au Pérou et en Ouzbékistan et des projets en cours au Brésil, au Mozambique, en Turquie et au Vietnam.

Lire aussi  Greta Thunberg pourrait être condamnée à une peine de prison de 6 mois pour le blocus du port pétrolier suédois

Ce financement a lieu malgré la Déclaration sur le soutien public international à la transition énergétique propre – souvent appelée Déclaration de Glasgow parce qu'elle est issue du sommet COP26 en Écosse – et un engagement similaire du Groupe des Sept. L'OCI, qui a déjà fustigé les « briseurs de promesses » pour avoir négligé ces engagements, a noté que « même si les États-Unis auraient adopté une politique visant à donner suite à leurs engagements visant à mettre fin au financement public international pour les combustibles fossiles, ils refusent de la publier ».

Claire O'Manique, analyste des finances publiques de l'OCI, a déclaré mercredi que « les États-Unis, l'Italie et l'Allemagne deviennent des voyous en revenant sur leur engagement à mettre fin au financement public international des combustibles fossiles. L'argent public qui devrait servir à soutenir une transition juste vers les énergies renouvelables est au contraire injecté dans davantage de projets de combustibles fossiles destructeurs pour le climat, nuisant ainsi aux communautés.

« D'autres pays ont tenu leur promesse de mettre fin au financement public international des énergies fossiles », a-t-elle souligné. « Cela représente déjà un transfert de milliards de dollars vers les énergies propres. Les signataires qui reviennent sur leur parole doivent rendre des comptes.

Les dirigeants communautaires de première ligne se sont également exprimés. Le directeur exécutif du Centre pour le droit de l'environnement et les droits communautaires, Peter Bosip, a déclaré : « La population de Papouasie-Nouvelle-Guinée est déjà confrontée à toute la force du changement climatique. L'élévation du niveau de la mer, les phénomènes météorologiques extrêmes et la dégradation de l'environnement menacent déjà l'existence de nombreuses personnes et menacent notre mode de vie. Papua LNG va aggraver et exacerber cette crise climatique – et les financiers ne peuvent pas et ne doivent pas la financer.

Lire aussi  Tous les fabricants de 10 médicaments destinés aux négociations sur Medicare acceptent de participer

Anabela Lemos, directrice de Justiça Ambiental au Mozambique, a accusé « les pays riches d'être dépendants des combustibles fossiles » et a souligné l'importance de lutter contre les projets pétroliers et gaziers.

« S'il n'y a pas de réaction violente, le reste [of the world] cela suivra bientôt et il n'y aura alors aucune chance pour les pays vulnérables comme le Mozambique de faire face aux ravages de la crise climatique », a prévenu Lemos. « Au lieu d'aider le Mozambique à développer des sources d'énergie propres et justes, ces pays poussent le Mozambique sur la voie du développement des combustibles fossiles. »

Le militant a visé l'agence italienne de financement du crédit à l'exportation, Servizi Assicurativi del Commercio Estero (SACE), pour son implication dans « la ruée vers le gaz dans le nord du Mozambique, qui a conduit à des violations des droits humains, à des vies dévastées, à une intensification des conflits et à la militarisation, et à oppression des communautés, des journalistes et de la société civile.

Pendant ce temps, dans l'État américain du Texas, John Beard du Port Arthur Community Action Network a exhorté l'Allemagne « à se tenir à nos côtés contre les combustibles fossiles ».

« En investissant dans Port Arthur LNG, l'Allemagne investit encore dans un autre projet destructeur dans une communauté déjà submergée par la pollution mortelle et toxique de l'industrie des combustibles fossiles », a déclaré Beard. « Alors que l'industrie et les actionnaires s'enrichiront, Port Arthur LNG causera davantage de destructions à une communauté à prédominance noire et brune, déjà confrontée à des taux de cancer deux fois plus élevés en moyenne. »

Lire aussi  Les États-Unis déclassifient des documents liés au coup d’État au Chili suite aux pressions des progressistes

« Nos parents et amis meurent quotidiennement de maladies cardiaques, pulmonaires et rénales causées par la pollution industrielle. Mais les peuples du Golfe ripostent ! il ajouta. « Trop c'est trop! Fini les zones sacrifiées, fini les énergies fossiles, nous refusons de nous sacrifier ! Nous continuerons à nous battre pour accélérer la transition vers des énergies renouvelables propres et vertes.

L'analyse de l'OCI intervient alors que les scientifiques confirment que cet été a été le plus chaud et que l'année dernière, les concentrations de gaz à effet de serre, le niveau de la mer et le contenu thermique des océans ont atteint des sommets historiques. Il a également été publié dans le cadre des préparatifs du Sommet sur l'ambition climatique du secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à New York, qui débutera le 20 septembre.

Avant le sommet, les militants pour le climat prévoient de se rendre dans la ville américaine pour la marche du 17 septembre pour mettre fin aux combustibles fossiles, soutenue par 500 groupes, dont l'OCI. La mobilisation et la réunion de ce mois-ci seront suivies en novembre par la COP28, la prochaine conférence des Nations Unies regroupant les parties à l'accord de Paris sur le climat, organisée par les Émirats arabes unis.

Avatar de Charles Briot