Les autorités égyptiennes exigent des frais massifs aux Palestiniens fuyant Gaza

Publié le

Les autorités égyptiennes exigent des frais massifs aux Palestiniens fuyant Gaza

Le 19 février, j'aurai 23 ans. J'ai hâte que ce jour vienne et que la guerre continue, mais là encore, je ne suis pas tout à fait sûr de vivre assez longtemps pour le voir.

Avant la guerre israélienne contre Gaza, je menais une vie paisible, allant chaque jour à l'Université Al-Aqsa pour poursuivre mes études. Mon école a maintenant été bombardée par l'armée israélienne alors qu'elle était pleine de Palestiniens déplacés du nord de Gaza. La campagne de bombardements a tué un certain nombre de personnes déplacées, transformant l'endroit où j'étudiais, riais et éprouvais de la joie en un film d'horreur.

Mon amie et camarade de classe, Nadia Abd El-Latif, a été tuée lors de l'attaque israélienne suite à une frappe aérienne israélienne directe sur sa maison. La même chose est arrivée à d'autres amis et collègues : Mahmoud Al-Naouq, Yousef Dawwas et Muhammad Hammo.

Mon professeur, Refaat Alareer, a été tué de la même manière, tout comme le mari de ma cousine et son fils de sept ans. Tous ces décès m'ont épuisé. Après plus de cent , la guerre d'Israël continue et mon âme se sent épuisée.

Ces 115 jours représentent 2 760 heures passées à vivre dans une peur et une anxiété aiguës, sans savoir si nous ferons ou non partie des survivants. Mais depuis le début des bombardements en octobre, j'ai essayé – en vain – de réfléchir à un moyen de sortir de Gaza.

Deux mois seulement avant la guerre, j'avais obtenu une bourse Erasmus et j'étais en Espagne. Malheureusement, mon destin était de revenir et de vivre ce génocide inhumain. Si j'étais encore en Espagne, je me demande ce que ressentirait mon cœur. Ma famille serait certainement ici à Gaza, à l'exception de ma sœur Rawan, qui a voyagé à l'étranger une semaine avant moi et qui est en Algérie depuis janvier dernier pour poursuivre sa maîtrise en droit international.

Au début de la guerre, un de mes amis m'a aidé à déposer une demande de visa pour le Qatar. Elle espérait que le Qatar m'accorderait un visa, ce qui faciliterait un peu mon départ de Gaza. Elle m'a promis de m'héberger chez elle jusqu'à la fin de la guerre. J'ai accepté avec hésitation, réticent à laisser ma famille dans des conditions aussi désastreuses, mais la question était sans objet puisque le Qatar a refusé mon visa. J'ai été très déçu, m'attendant à ce que le Qatar accepte, car c'est un pays arabe ayant des relations étroites avec la Palestine.

Lire aussi  Les Palestiniens condamnent la visite d'un ministre israélien d'extrême droite sur un lieu saint islamique

Après ce rejet, j'ai commencé à chercher un autre moyen de fuir Gaza, surtout lorsque l'armée israélienne a lancé son invasion terrestre de Gaza. J'ai été témoin du traitement insupportablement cruel infligé aux civils palestiniens par les soldats israéliens et j'ai vu la réaction du monde extérieur.

C'est alors que j'ai commencé à paniquer en silence comme tout le monde ici. Je cache ma peur à mes frères et sœurs parce que je suis leur force, et ils essaient même de me cacher leur peur, sachant qu'ils m'inspirent à être fort pour eux. Mais à la base de tout cela se cache le fait que nous sommes tous terrifiés alors que nous prétendons être courageux.

L'Égypte a fermé ses frontières avec Gaza à plusieurs reprises pendant la guerre et a rendu le prix à payer pour quitter Gaza incroyablement élevé. Comme ma mère est à moitié égyptienne et à moitié palestinienne, cela m'a incroyablement déchiré. L'Égypte est un pays arabe voisin de la Palestine, avec lequel nous partageons une histoire et une culture communes. Comment peuvent-ils nous faire ça ? Il y a de nombreux Palestiniens à Gaza qui ont du sang égyptien et possèdent la nationalité égyptienne. Pourtant, même les citoyens égyptiens résidant à Gaza sont invités à payer au moins 1 500 dollars pour pouvoir passer par le terminal de Rafah et échapper à la mort.

Plus de 80 % des habitants de Gaza en dessous du seuil de pauvreté, et beaucoup ne seraient même pas en mesure de payer 100 dollars. Ce qui est encore pire, c'est que si vous n'avez pas de passeport égyptien, le tarif actuel pour passer par le pays est de 10 000 dollars – et même dans ce cas, si vous parvenez à trouver l'argent, vous devrez encore attendre des jours, voire des mois. partir. Récemment, les Égyptiens prétendent avoir réduit le montant à 5 000 dollars par personne, mais la lutte reste la même.

Lire aussi  Newsom dit que DeSantis pourrait être accusé d'enlèvement pour avoir transporté des migrants

Un petit nombre de personnes riches et influentes à Gaza peuvent en fait payer de telles sommes pour partir. D'autres ont recours à la recherche de dons via des plateformes de financement participatif comme GoFundMe et LaunchGood, et je ne leur en veux pas. Ils n'ont aucun autre moyen d'éviter les bombardements et de sauver leur vie.

De nombreuses familles déplacées ont cherché refuge dans la maison de mes grands-parents pendant la guerre, car nous vivons à Rafah, où de nombreux Palestiniens déplacés vivent désormais sous des tentes. Trois de ces familles ont pu se coordonner légalement avec les autorités égyptiennes pour quitter Gaza.

Hala Ihsan Abu Ramadan, 32 ans, a été déplacée de l'extrême nord de Gaza avec sa famille à quatre reprises jusqu'à ce qu'ils atteignent finalement Rafah. Après avoir collecté de l'argent via GoFundMe, Hala a contacté le « coordinateur » égyptien, qui était un ami du manager de sa sœur Heba. Le coordinateur a demandé 5 000 dollars par personne, pour un total de six personnes : Hala, Heba, Hassan, le mari de Heba, leur frère Abed et leurs parents. Leur père est atteint d'un cancer et n'a pu bénéficier d'aucun examen médical ni séance de chimiothérapie depuis le début de la guerre en raison de la surpopulation des hôpitaux de Gaza.

« Mon père doit quitter Gaza », m'a dit Hala. « Sa vie est en jeu. Si mon père ne reçoit pas de traitement, le cancer se propagera dans tout son corps. Il mourra très bientôt si la situation reste la même. Nous avons contacté le coordinateur égyptien et il a confirmé que le cas de mon père était jugé urgent.

Hala a ajouté que, pas plus tard qu'aujourd'hui, le nom de son père ne figurait sur aucune des listes égyptiennes de personnes autorisées à évacuer Gaza. « Je veux dire, si le cas de mon père est urgent et qu'il attend depuis le 30 décembre, combien de temps prennent les cas urgents ? me demande Hala. Les coordinateurs égyptiens ont fini par augmenter le prix exigé pour Hala et sa famille à plusieurs reprises, d'abord à 6 000 dollars, puis à 7 000 dollars, 8 000 dollars et enfin à 10 000 dollars par personne. Malheureusement, au moment de la rédaction de cet article, aucun membre de sa famille n'a été autorisé à quitter Gaza.

Lire aussi  Les Australiens votent contre le référendum visant à reconnaître les groupes autochtones dans la Constitution

Le cousin de Hala, Saleem Abu Hamdah, dont la mère est égyptienne, n'a pas été autorisé à entrer en Égypte même s'il a payé 1 200 dollars. Sa femme et ses trois enfants ont cependant été autorisés à entrer en Égypte, après avoir payé ces mêmes « frais de coordination », avec ses parents – le laissant seul à Gaza.

Une autre femme à qui j'ai parlé, Samar, a demandé que son nom de famille ne soit pas divulgué pour sa propre sécurité. Elle a une belle-mère égyptienne et on lui a demandé de payer 4 000 dollars, alors que Samar a dû payer 2 000 dollars. Au moment de la rédaction de cet article, aucun d'eux n'a été autorisé à quitter Gaza, même s'ils sont en communication avec les coordinateurs depuis le début de la guerre. Seule la belle-mère égyptienne de Samar a été autorisée à quitter Gaza, mais elle refuse de laisser derrière elle ses deux fils, leurs femmes et leurs enfants, ainsi que sa fille et les enfants de sa fille.

« L'appartement de mes parents a été bombardé », m'a raconté Samar. « Dieu merci, aucun membre de ma famille n'a été blessé. Mais le bombardement lui-même m'a rendu très anxieux et désespéré de quitter Gaza. Ce à quoi nous assistons aujourd'hui est bien plus cruel et intense que n'importe quelle guerre jamais menée à Gaza. »

Quant à moi, je ne peux pas quitter Gaza. La situation financière de ma famille ne peut pas couvrir des dépenses de « coordination » aussi élevées. Je suis réticent à lancer une campagne GoFundMe en raison de toutes les histoires que j'ai entendues : aucune des personnes que je connais qui ont payé des frais de coordination pour se rendre en Égypte n'a réellement pu quitter Gaza. Peut-être que si l'une des familles hébergées chez nous recevait la permission de partir, j'envisagerais de lancer ma propre campagne de collecte de fonds. D'ici là, je ne crois pas qu'il existe une véritable issue, et je ne vois pas le monde extérieur faire pression sur Israël pour un cessez-le-feu.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire