Le journalisme de Glen Ford s’est battu pour la libération des Noirs et contre l’impérialisme

Publié le

Glen Ford

J'ai eu l'honneur de travailler avec feu Glen Ford pendant près de 20 ans. Son décès a créé un vide immense, non seulement pour Rapport sur l'agenda noir (BAR), le site que nous avons co-fondé avec feu Bruce Dixon, mais pour toute la politique noire et les médias de gauche. Ford a identifié sa position politique et journalistique avec les deux, ayant créé le slogan : « Nouvelles, commentaires et analyses de la gauche noire » pour BAR. C'était un journaliste accompli, un homme qui exigeait une analyse rigoureuse de lui-même et des autres, et il vivait selon le principe d'affliger ceux qui se sentent à l'aise et de réconforter les affligés. Ford a co-fondé une publication conforme à ses valeurs fondamentales : il n'a pas toléré les imbéciles, n'a pas succombé aux discours des médias et du gouvernement, et ne s'est pas senti obligé de changer sa politique afin d'élever le visage noir à un haut niveau.

Ford a parlé d'avoir appris cette leçon à ses dépens. Il a raconté une histoire de regret, son dilemme éthiquelorsqu'il a donné un laissez-passer à l'un de ces Noirs, Barack Obama, en 2003. À cette époque, Ford, Dixon et moi travaillions tous chez Commentateur noir. Obama avait annoncé sa candidature au Sénat américain et il figurait sur la liste des membres du Democratic Leadership Council (DCL), l'aile droite et patronale du Parti démocrate. Obama avait également supprimé une déclaration anti-guerre de son site Internet.

Ford et Dixon ont posé à Obama ce qu'ils ont é des « questions claires » sur des sujets tels que l'Accord de libre-échange nord-américain, les soins de santé à payeur unique et l'Irak. Ses réponses floues auraient dû le faire échouer, mais Ford a choisi de ne pas être considéré comme « un crabe dans un tonneau », celui qui a fait tomber un autre membre du groupe. Obama a eu l'occasion de commenter Commentateur noir et Ford a écrit : « (Commentateur noir) est soulagé, satisfait et attend avec impatience le succès d'Obama aux primaires sénatoriales démocrates et aux élections générales dans l'Illinois.»

Alors qu'il était témoin des actions d'Obama pendant la campagne électorale et finalement au pouvoir, Ford ne s'est plus jamais senti obligé de s'écarter de ses positions politiques ou de défendre un membre du groupe dont les politiques n'étaient pas conformes aux vues de la gauche noire.

À partir de ce moment, Glen Ford n'a pas lâché prise sur Obama, tout comme il n'a pas renoncé à son opposition farouche au néolibéralisme et à l'impérialisme américain. Rapport sur l'agenda noir est devenu le site incontournable de tous les gauchistes. BARS La critique d'Obama lorsqu'il a dirigé la destruction de la Libye n'était pas moins cinglante que celle de George W. Bush lorsque les États-Unis ont envahi l'Irak. Ford a déclaré qu'Obama et les Démocrates n'étaient pas le « moindre mal » que des millions de personnes espéraient. Au lieu de cela, ils étaient tout simplement plus efficace le mal, et ils étaient toujours dans BARS vues journalistiques.

Ford a toujours été un défenseur intransigeant des Noirs et n'a jamais hésité à expliquer les mécanismes qui placent ce groupe au bas ou près de tous les indicateurs positifs et au sommet ou près de tous les indicateurs négatifs. Il a été l'un des premiers à amplifier le terme « incarcération de masse » dans son analyse sans ménagement des États-Unis et de leur distinction douteuse en tant que nation avec plus de personnes derrière les barreaux que toute autre : plus de 2 millions, dont la moitié sont des Noirs, une cohorte qui représente un quart de tous les incarcérés dans le monde. Rapport sur l'agenda noir on peut compter sur lui pour fournir ces informations de manière cohérente et sans coup férir.

Lire aussi  De nouveaux documentaires explorent la censure et la suppression de l’histoire en Israël

Glen Ford était un socialiste engagé, un vétéran militaire de l'ère vietnamienne et un membre du Black Panther Party. Il a passé une partie de son enfance et de sa jeunesse à Columbus, en Géorgie, à l'époque de l'apartheid aux États-Unis. Ces expériences de vie ont façonné son travail et laissé un héritage que quiconque se considère comme de gauche devrait suivre.

Il a travaillé dans les médias tout au long de sa vie d'adulte et a été correspondant au Capitole, à la Blanche et au Département d'État pour le Réseau noir mutuel. En 1977, il a cofondé « America's Black Forum », le premier programme de télévision commerciale destiné aux Noirs diffusé à l'échelle nationale.

Aujourd'hui, le nombre de médias est très réduit, en grande partie grâce à la loi sur les télécommunications de 1996 de Bill Clinton. Juste six sociétés contrôlent 90 pour cent de tous les médias que nous lisons, regardons et entendons, ce qui signifie qu'il y a très peu de journalistes en activité, et un nombre encore plus restreint ayant l'expérience et la vision du monde de Ford. Les plus « réussis » de ceux qui entrent dans la catégorie des journalistes sont pour la plupart des scribes, qui répètent les récits favorisés par les politiciens et les grands médias.

Nous avons désespérément besoin de médias de gauche et de journalistes comme Glen Ford. Tout lecteur de Rapport sur l'agenda noir je ne m'attendrai pas Le New York Times ou Le Post pour leur dire ce qui se passe à Haïti ou à Cuba. Grâce à l'analyse cohérente de Ford, ils comprennent que même ceux qui veulent être bien informés le sont rarement à moins de lire également Rapport sur l'agenda noir.

Glen Ford manquera à tous ceux qui l'ont connu et à tous BAR lecteurs. Lui et les journalistes de son acabit sont peu nombreux et irremplaçables.

Lire aussi  « Jour sombre pour la liberté de la presse » : Chomsky, Ellsberg et d’autres dénoncent l’extradition d’Assange

Glen Ford présente !

Avatar de Charles Briot