Le « Dyke Project » britannique pirate les publicités des bus de Londres pour contester le Pinkwashing israélien

Publié le

Le « Dyke Project » britannique pirate les publicités des bus de Londres pour contester le Pinkwashing israélien

The Dyke Project, un de lesbiennes et de personnes queer trans, cis et non binaires, « piraté » plus d'une centaine de publicités sur les réseaux de bus, de métro et de train à Londres vendredi pour déclarer que la communauté LGBTQ de Londres se tient aux côtés de la Palestine.

Le collectif a couvert des publicités physiques dans les transports publics avec des pancartes contenant des histoires de Palestiniens queer qui avaient été partagées sur la plateforme Queering the Map, un projet communautaire LGBTQ en ligne. Les pancartes incluaient également un appel à la fin de l'occupation israélienne de la Palestine.

« Aucun de nous n'est libre tant que nous ne le sommes pas tous », le projet Dyke dit sur les réseaux sociaux. « Nous appelons également à la fin du financement britannique de l'armée israélienne. L'État britannique est complice du génocide des Palestiniens et nous n'y consentons PAS. »

Le groupe a condamné le recours au « pinkwashing » par le gouvernement israélien, une stratégie délibérée visant à dissimuler l'apartheid israélien et l'occupation de la Palestine en attirant l'attention sur le bilan d'Israël en matière de droits LGBTQ. L'organisation à but non lucratif israélienne StandWithUs a lancé sa « campagne de lavage rose » il y a près de vingt ans ; dans un 2009 Haaretz article célébrant la campagne iPride de l'organisation à but non lucratif, Cnaan Liphshiz a écrit que « la scène gay en plein essor de Tel Aviv pourrait être l'instrument de plaidoyer israélien le plus efficace dans la boîte à outils sioniste, selon les participants (à l'iPride) ».

Lire aussi  Les projets de loi du « Bouclier » de l’État bleu associent les protections contre l’avortement et les soins d’affirmation de genre

Cette campagne a connu un grand succès dans son objectif de rehausser l'image d'Israël dans le monde. Après l'attaque d'infiltration menée par le Hamas le 7 octobre, de nombreuses personnalités publiques ont dénoncé les personnes LGBTQ qui exprimaient leur solidarité avec la Palestine, alléguant que le Hamas était homophobe.

« Je souhaite la bienvenue à la communauté LGBTQ à Gaza », a déclaré le chroniqueur israélien Hillel Fuld lors d'un entretien avec Le bureau national. « Laissez-les apporter leurs drapeaux, laissez-les aller à Gaza et laissez-les se battre pour les droits de l'homme là-bas et voyons ce qui se passe. Ils vont être lynchés et assassinés. »

Armin Laschet, chef du parti conservateur allemand Union chrétienne-démocrate (CDU), s'est également demandé pourquoi les personnes LGBTQ avaient les manifestations pro-palestiniennes, affirmant qu'il « ne comprenait absolument pas » pourquoi les Allemands LGBTQ participeraient aux manifestations. « Qu'arriverait-il à une personne de la communauté LGBTQ qui passerait ne serait-ce qu'une heure sur un territoire dirigé par le Hamas… (une telle personne) ne survivrait pas à se promener dans Gaza avec un drapeau arc-en-ciel », a déclaré Laschet au journal. Neue Osnabrücker Zeitung.

Cependant, les histoires de Palestiniens LGBTQ partagées par le Dyke Project remettent en question ce récit.

« Israël utilise fréquemment le « pinkwashing » et une image « progressiste » pour les droits LGBTQ+, afin de détourner l'attention et de légitimer sa terreur et sa violence à Gaza. » le projet Dyke a déclaré. « Les homosexuels disent PAS EN NOTRE NOM : libérez la Palestine. »

L'action du Dyke Project a été célébrée par les militants pro-palestiniens du monde entier.

Lire aussi  Les infirmières du New Jersey entament un troisième mois de grève pour garantir la sécurité du personnel

« Belle action du (Dyke Project), qui a piraté plus de 100 publicités sur les réseaux de bus, de train et de métro (des transports londoniens) pour partager des histoires palestiniennes queer et montrer la solidarité queer avec les Palestiniens », l'écrivain Micha Frazer-Carroll dit sur les réseaux sociaux.

Le message est accompagné d'une image de l'une des publicités des arrêts de bus piratée par le groupe, qui partage désormais l'histoire d'un Palestinien LGBTQ : « S'il vous plaît, sachez que malgré ce que disent les médias, il y a des Palestiniens gays. Nous sommes ici, nous sommes une Palestine libre et homosexuelle », peut-on lire.

Un autre activiste a écrit sur les réseaux sociaux, « ça déchire. J'emmerde tous les homophobes qui salivent à l'occasion de mettre leurs propres fantasmes de pédés dégradants dans la bouche de Palestiniens qu'ils n'ont jamais rencontrés pour nier davantage leur humanité.

Ce message contient une image d'une autre publicité du Dyke Project partageant l'histoire d'un Palestinien queer.

« J'ai toujours imaginé toi et moi assis au soleil, main dans la main, enfin libres », peut-on lire dans la publicité. « Pourtant, tu es parti maintenant. Si j'avais su que les bombes qui pleuvent sur nous allaient t'enlever de moi, j'aurais volontiers dit au monde je t'adorais plus que tout.

Avatar de Charles Briot