Le Canada émet un avis aux voyageurs pour ses résidents LGBTQ en visite aux États-Unis

Publié le

Le Canada émet un avis aux voyageurs pour ses résidents LGBTQ en visite aux États-Unis

Cette semaine, le gouvernement canadien a mis à jour ses avis aux voyageurs destinés aux résidents du pays qui envisagent de visiter les -Unis, avertissant les voyageurs potentiels LGBTQ que certains États doivent être parcourus avec prudence.

Ce changement reflète les inquiétudes des responsables canadiens concernant des dizaines de lois anti-LGBTQ qui ont été adoptées aux États-Unis au cours de la dernière année.

Pas plus tard que mardi matin, le site Web d'avis aux voyageurs du pays n'incluait pas d'avertissement pour les voyageurs LGBTQ canadiens. Mais plus tard dans la journée, le site a été mis à jour pour mettre en garde les voyageurs contre les politiques adoptées par certains États américains.

Le haut du site reste inchangé, demandant aux voyageurs de « prendre les précautions de sécurité normales » et notant que les « avis régionaux » devraient être pris en compte. Plus bas, l'avis nouvellement ajouté pour les voyageurs LGBTQ indique ce qui suit :

Certains États ont adopté des lois et des politiques susceptibles d'affecter les personnes 2SLGBTQI+. Vérifiez les lois nationales et pertinentes.

L'avis ne répertorie pas les États spécifiques qui ont adopté des lois susceptibles d'affecter les voyageurs LGBTQ.

Affaires mondiales Canada, le ministère qui gère l'assistance diplomatique et consulaire, a fait une déclaration à CNN sur les développements qui ont conduit au changement.

« Depuis début 2023, certains États américains ont adopté des lois interdisant les spectacles de dragsters et restreignant l'accès de la communauté transgenre aux soins d'affirmation de genre et la participation à des événements sportifs », a indiqué le département.

Lire aussi  Netanyahu montre la carte du « Nouveau Moyen-Orient » – sans la Palestine – aux Nations Unies

Le Canada n'est pas le seul à lancer des avertissements aux personnes LGBTQ : en effet, plusieurs groupes de défense aux États-Unis ont émis des avertissements similaires, certains ciblant des États spécifiques à cause de lois draconiennes ciblant les personnes LGBTQ.

En avril, par exemple, Equality Florida a publié un avis avertissant les voyageurs en provenance des États-Unis et de l'étranger que la Floride « pourrait ne pas être un endroit sûr à visiter ou à élire domicile » en raison de sa multitude de lois ciblant les personnes LGBTQ.

Cet avis citait le gouverneur Ron DeSantis (Républicain de Floride), déclarant qu'il « a également les agences d'État comme une arme pour imposer des sanctions contre les entreprises, grandes et petites, qui ne sont pas d'accord avec ses attaques contre la diversité, l'équité et l'inclusion ».

En juin, la Human Rights Campaign (HRC) a décrété l'état d'urgence pour les personnes LGBTQ vivant aux États-Unis – la première déclaration de ce type de l'organisation depuis quatre décennies.

« La forte augmentation des mesures anti-LGBTQ+ a engendré une mosaïque vertigineuse de lois étatiques discriminatoires qui ont créé des environnements de plus en plus hostiles et dangereux pour les personnes LGBTQ+ », a déclaré le groupe.

Bon nombre des nouvelles lois, en particulier celles ciblant les personnes transgenres, ont poussé des milliers de personnes à fuir leur pays d'origine vers des régions du pays qui pourraient être plus sûres ou plus accueillantes. Selon une analyse d'Erin Reed, journaliste et militante des droits des trans, les lois nationales anti-LGBTQ récemment adoptées ont incité entre 130 000 et 260 000 personnes transgenres et leurs familles à quitter leur domicile.

Lire aussi  Le juge ordonne au DOI d’adopter une règle pour les tribus demandant à nouveau une reconnaissance fédérale

Beaucoup d'autres envisagent de déménager.

« Plus d'un million de personnes, qui envisagent elles-mêmes de déménager dans les mois à venir, restent dans un état de vigilance et d'appréhension, attendant le signal potentiel selon lequel elles doivent elles aussi faire leurs adieux à leurs maisons », a écrit Reed. « La tendance actuelle ne souligne pas seulement une tendance sociale ; cela met en évidence un profond problème de droits de l'homme qui se pose sur notre sol.

Avatar de Charles Briot