L’avocat de Trump lui a dit que défier une assignation à comparaître serait un crime. Il l’a fait quand même.

Publié le

L'avocat de Trump lui a dit que défier une assignation à comparaître serait un crime.  Il l'a fait quand même.

Un avocat de l'ancien président Donald Trump lui a expliqué l'année dernière que la conservation de documents gouvernementaux au-delà d'une assignation à comparaître qui lui avait été délivrée par le ministère de la Justice constituerait une activité criminelle, selon un nouveau rapport.

Ces révélations, telles que rapportées par Actualités ABCqui cite de nombreuses sources ayant connaissance des conversations, détaille comment le conseiller spécial Jack Smith et son équipe ont pu conclure que Trump avait sciemment enfreint la loi lorsqu'il avait caché des milliers de documents gouvernementaux, dont des centaines marqués comme classifiés, à son siège de Mar- a-Lago Resort à Palm Beach, en Floride.

L'avocate Jennifer Little est toujours employée par Trump. Selon le rapport, Little a déclaré à Trump à la fin du printemps qu'il devait se conformer à une d'assignation à comparaître du ministère de la Justice (DOJ). S'il ne respectait pas l'ordre d'assignation à comparaître, a-t-elle déclaré à l'ancien président, « ce sera un crime ».

Little a détaillé ces conversations avec Trump aux enquêteurs du du procureur spécial plus tôt cette année, leur disant qu'elle avait « très clairement » adressé l'avertissement à Trump, qui avait « absolument » compris ce qu'elle voulait dire. Les avertissements de Little ont également été renforcés par un autre avocat de Trump à l'époque, Evan Corcoran, qui était chargé de rassembler les documents à remettre au DOJ après que l'ordre ait été donné.

Au cours de son processus de collecte, qui a eu lieu après l'assignation à comparaître à Trump en mai 2022, Corcoran a été informé par les collaborateurs de l'ancien président qu'il ne devrait pas fouiller les quartiers personnels de Trump à Mar-a-Lago, y compris son bureau, pour le des documents gouvernementaux qu'il était censé restituer. Corcoran a été assuré par ces assistants que Trump ne disposait d'aucun des documents dans ces domaines et a rédigé un affidavit au DOJ disant que tous les documents classifiés avaient été restitués avec succès, au meilleur de sa connaissance et de celle de Trump.

Lire aussi  Le syndicat Trader Joe's dépose une demande pour forcer l'entreprise à reconnaître le syndicat en vertu de la nouvelle règle du NLRB

Des preuves supplémentaires examinées par le DOJ après l'assignation à comparaître ont démontré que des documents gouvernementaux étaient restés sur les lieux, ce qui a donné lieu à l'exécution d'un mandat de perquisition en août de la même année. Des milliers de documents gouvernementaux, dont plus de 100 classés comme classifiés, ont été trouvés lors de cette perquisition, notamment dans le bureau personnel de Trump et dans d'autres quartiers de Mar-a-Lago, comme les salles de bal et les toilettes.

Ce dernier rapport de Actualités ABClorsqu'on l'examine conjointement avec d'autres rapports détaillant comment Trump avait ordonné au personnel de sa résidence de déplacer des documents avant que l'assignation à comparaître ne soit exécutée, est peut-être la révélation la plus accablante depuis des mois concernant l'affaire, démontrant que Trump était bien conscient que ses actions étaient illégal.

Trump fait face à 40 accusations criminelles fédérales liées à la conservation illégale de documents gouvernementaux sensibles et à l'entrave aux efforts des agents fédéraux pour les récupérer. Son procès devrait s' en mai de l'année prochaine. Cependant, plusieurs requêtes préalables au procès déposées par ses avocats et qui ont été accordées par la juge Aileen Cannon, la juge nommée par Trump qui supervise l'affaire, retarderont probablement la tenue du procès avant les élections de 2024 ; Si Trump gagne, il nommera sans aucun doute un nouveau procureur général qui rejettera complètement les accusations.

Plusieurs experts juridiques ont demandé à Smith et à son équipe de déposer une requête visant à retirer Cannon du procès pour ce qu'ils considèrent comme des préjugés clairs et injustifiés en faveur de l'accusée, ou à tout le moins, pour ses décisions préalables au procès qui indiquent qu'elle est un juge trop novice pour se charger d'une affaire aussi importante.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire