L’accusateur de Trump qui a témoigné espère que d’autres survivants se manifesteront

Publié le

L’accusateur de Trump qui a témoigné espère que d’autres survivants se manifesteront

Un jury a déclaré mardi Donald Trump responsable d'abus sexuels et de diffamation contre E. Jean Carroll, l'écrivain qui l'avait accusé de l'avoir violée dans la loge d'un grand magasin dans les années 1990. Nous discutons avec l'une des personnes qui ont témoigné au procès : Jessica Leeds, une femme d'affaires à la retraite qui affirme que Trump l'a agressée sexuellement dans un avion dans les années 1970 – l'une des dizaines de femmes qui l'ont accusé d'inconduite sexuelle au fil des ans. Leeds raconte La démocratie maintenant ! elle est « vraiment satisfaite » du verdict et espère qu'il encouragera d'autres survivantes d'abus sexuels à se manifester, même si elle n'est pas personnellement intéressée à porter plainte contre Trump. «C'était un bon résultat et j'en suis très reconnaissant», déclare Leeds.

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : Je souhaite impliquer dans cette discussion Jessica Leeds, qui a témoigné lors du procès. Elle a raconté aux jurés comment Trump l'avait pelotée lors d'un vol dans un avion dans les années 1970. En 2018, Jessica Leeds est venue chez nous La démocratie maintenant ! studio ici à New York et a décrit ce qui s'est passé lorsqu'elle s'est assise à côté de Trump en première classe sur le vol.

JESSICA LEEDS : Le dîner était servi, et c'était après le dîner quand, vraiment, tout d'un coup, sans un mot, sans un « avec votre permission » ni aucune conversation sociale, il a commencé à me peloter.

AMY GOODMAN : Qu'est-ce que cela signifie? Qu'est ce qu'il a fait?

JESSICA LEEDS : Ses mains étaient… il essayait de m'embrasser. Ses mains étaient sur mes seins. Il était – nous étions en quelque sorte en train de lutter. Mais je n'ai rien dit. Il n'a rien dit. C'était donc comme une sorte de théâtre kabuki dans le silence. Je me souviens avoir pensé : « Pourquoi le gars d'en face ne dit-il pas quelque ? Pourquoi l'hôtesse ne revient-elle pas ? Et cela semblait durer une éternité, mais, bien sûr, ce n'était pas le cas.

AMY GOODMAN : Il a mis sa main sous ta jupe ?

JESSICA LEEDS : Oui, il a commencé à mettre sa main sous ma jupe. Et c'est à ce moment-là que j'ai réussi, avec effort, à sortir, j'ai attrapé mon sac à main et je suis allé à l'arrière de l'avion. Et je suis resté là jusqu'à ce que l'avion atterrisse et que tout soit complètement dégagé, avant – parce que je ne voulais pas le croiser.

AMY GOODMAN : C'était Jessica Leeds qui parlait La démocratie maintenant ! en 2018. Encore une fois, elle a témoigné dans E. Jean Carroll – le procès en diffamation et coups et blessures. Elle nous rejoint maintenant depuis Asheville, en Caroline du Nord.

Jessica Leeds, merci beaucoup de nous rejoindre sur La démocratie maintenant ! Puis-je d'abord obtenir votre réponse au fait que le président Trump a été reconnu coupable d'agression sexuelle contre E. Jean Carroll ?

JESSICA LEEDS : Je suis vraiment content. Je suis content pour E. Jean. Je suis content de ce qu'il dit. Je suis désolé que le jury n'ait pas pu aboutir à une accusation de viol, mais c'est plutôt compréhensible. Des pas de bébé ici. Pas de bébé.

AMY GOODMAN : Vous savez, j'étais curieux. Elle a pu intenter cette action grâce à cette loi qui s'est ouverte à New York, qui prévoit encore six mois pour que les gens puissent poursuivre en justice quelqu'un qui les a agressés il y a des années. Envisagez-vous également de poursuivre Donald Trump ?

Lire aussi  La politique israélienne permettrait l’arrestation de civils qui « nuisent au moral national »

JESSICA LEEDS : Non, j'ai des enfants, des petits-enfants et des arrière-petits-enfants. Je ne voudrais pas leur faire subir ça.

AMY GOODMAN : Mais que faire — ce qui est tout un témoignage de E. Jean Carroll, Jessica. Que pensez-vous de ce qu'a fait E. Jean Carroll, en revivant cela des décennies plus tard ? Et parlez de ce qui vous a poussé à témoigner. Des dizaines de femmes ont accusé Donald Trump d'agression sexuelle. Vous étiez l'une des deux femmes à avoir témoigné au procès d'E. Jean Carroll.

JESSICA LEEDS : Eh bien, je pense qu'ils voulaient utiliser des personnes capables de montrer un modèle de comportement, surtout au fil des ans. C'est ce que j'ai compris en discutant avec les avocats. E. Jean est une femme très forte et créative. Et lorsqu'elle reconnut enfin le mal qui lui avait été fait, cela lui avait pris du temps. Et pour qu'elle agisse et fasse cela, il lui faut beaucoup de courage. Mais je pense qu'elle a reçu un bon soutien. Je pense qu'elle avait de très bons avocats, et je pense que ça a payé. Je pense avoir mentionné une fois dans une interview que je pensais que toutes ces femmes avaient fondamentalement la même histoire, donc qu'il nous rejette totalement est tout simplement ridicule.

AMY GOODMAN : Vous savez, ce que Donald Trump a dit est intéressant. Il ne cesse de répéter maintenant, sur les réseaux sociaux, dans cette vidéo qu'il a publiée : il dit qu'il ne connaît pas cette femme. Il est intéressant de noter que lorsque l'avocat de E. Jean Carroll lors de sa déposition lui a montré une photo, il n'arrêtait pas de dire : « Elle n'est pas mon genre. Ce n'est pas mon genre. – lui a montré une photo et lui a dit : « Pouvez-vous identifier qui c'est ? il a identifié la femme que l'avocat désignait sur une photo à côté de lui comme étant sa seconde épouse, Marla Maples, mais, en fait, il s'agissait d'E. Jean Carroll. Mais quand il dit : « Je ne la connaissais pas, je ne la connais pas », en fait, beaucoup de ces femmes, y compris vous, Jessica Leeds, ne savaient pas quand il vous avait attaqué. Est-ce exact?

JESSICA LEEDS : C'est correct. Et ce n'est pas tout : à ce stade de sa vie, il a une mémoire sélective. Et la plupart de ces situations, la plupart de ces activités, c'est comme une seconde nature pour lui. Cela ne veut rien dire. Cela n'est pas du tout enregistré, ce qui est horrible, car les dommages psychologiques causés aux personnes victimes d'abus sexuels sont énormes. Mais pour lui, ah, il aime les femmes – il pense qu'il aime les femmes. Il aime dominer les femmes. Et il aime bien – mais le véritable problème en ce moment est qu'il ne peut pas voir au-delà du processus de vieillissement, alors il regarde E. Jean, et c'est une femme de la fin des années 70, et il ne peut pas voir à quoi elle ressemblait. ou voir la beauté de son visage en ce moment. C'est stupide, mais cela fait aussi partie des problèmes de notre société.

Lire aussi  L'ONU prévient que les décès dus au séisme pourraient dépasser les 50 000 au milieu d'appels urgents à l'aide

AMY GOODMAN : Et aussi cela en disant continuellement : « Elle n'est pas mon type. » « Elle n'est pas mon genre » pour abuser sexuellement ?

JESSICA LEEDS : C'est exact.

AMY GOODMAN : Je veux dire, comme nous le savons tous, le viol et les abus sexuels ont tout à voir avec le pouvoir…

JESSICA LEEDS : Oui.

AMY GOODMAN : – et cela n'a rien à voir avec l'attirance.

JESSICA LEEDS : Oui.

AMY GOODMAN : Jessica Leeds, lorsque nous vous avons interviewé, je me suis toujours souvenu que vous aviez parlé de l'effet par la suite. Je veux dire, tu n'étais même pas assis en première classe. L'agent de bord est venu vers vous, assis, n'est-ce pas ? – à l'arrière et m'a dit : « Vous pouvez vous asseoir ici », et c'est ainsi que vous vous êtes retrouvé assis à côté de cet homme, Donald Trump.

JESSICA LEEDS : C'est correct. Oui c'est correct.

AMY GOODMAN : Vous avez dit que vous n'aviez plus jamais porté de jupe pendant un vol ?

JESSICA LEEDS : C'est exact. C'est exact. Eh bien, et je devrais dire : qu'est-ce que c'était ? Il y a deux… une semaine ? On a signalé qu'un homme avait passé la main sous la jupe de l'hôtesse de l'air. À notre ? Je veux dire, ça continue.

AMY GOODMAN : Jessica Leeds, espérez-vous que cela inspirera d'autres personnes à se manifester, non seulement pour accuser Donald Trump, mais surtout, par exemple, contre cette loi à New York, même s'il ne doit pas s'agir uniquement de cette loi, mais des survivants adultes Acte, cela prend en compte la période d'un an pendant laquelle une survivante d'une agression sexuelle peut déposer une plainte, cette fois-ci, pendant une certaine période ? Espérez-vous que les personnes qui ont été victimes d' sexuelles et de viols se manifesteront maintenant ?

JESSICA LEEDS : Les rouages ​​du système judiciaire avancent si lentement. C'est une décision difficile. Je ne sais vraiment pas à quel point cela est utile pour encourager les personnes qui ont été agressées sexuellement à emprunter cette voie. J'aimerais simplement que, dans notre société, nous puissions aborder ce problème, en parler, faire des recherches et aider les survivants. Vous pourriez même considérer cela comme une forme de : nous envoyons des hommes à la guerre et revenons, et ils souffrent du SSPT. Eh bien, que diriez-vous que les femmes qui ont subi des abus sexuels obtiennent des conseils et de l'aide, etc. ? C'est ce que je pense.

AMY GOODMAN : Jessica, je voulais jouer pour vous l'avocat de Trump, Joseph Tacopina, debout sur les marches du palais de justice hier après le verdict.

JOSEPH TACOPINA : Vous savez, nous sommes – nous sommes, dans un sens, satisfaits. Et je sais que certaines personnes dans ce camp sont très heureuses que, vous savez, la plainte pour viol ait été rejetée. Mais, vous savez, je ne le suis pas, et — j'en suis heureux, certainement, mais je ne suis pas heureux qu'il ait été reconnu responsable de quoi que ce soit.

AMY GOODMAN : Il n'était pas totalement engagé sur ce point, affirmant qu'au moins Donald Trump n'avait pas été reconnu coupable de viol. Il y avait donc trois choix en matière de batterie. L'une d'entre elles était un viol. L'une d'elles était une agression sexuelle. Et le troisième concernait les attouchements sexuels non désirés. Votre réponse à ce point ? Mais il est intéressant de noter que Donald Trump n'a pas vraiment réussi. De toute évidence, il comprend l'importance de cette décision d'un tribunal civil qui a rendu – à l'unanimité – six hommes et trois femmes le déclarant coupable d'agression sexuelle alors qu'il se présente à nouveau à la présidence. Mais votre réponse à cela ?

Lire aussi  La Cour suprême a une feuille de route originaliste pour disqualifier Trump de la présidence

JESSICA LEEDS : Eh bien, l'avocat, très agressif et qu'on pourrait qualifier de bouledogue, fait de son mieux pour représenter Trump. J'espère qu'il sera payé. Et dans quelle mesure cela va affecter le noyau dur de Trump, qui est malheureusement une secte dans sa dévotion, je ne sais pas dans quelle mesure cela aidera. Mais si cela aide E. Jean et fait ressortir le sujet pour discussion et couverture, OK, je suis satisfait.

AMY GOODMAN : Et dernière question : est-ce qu'il s'agit d'un procès civil, donc, en fait, la différence entre être reconnu coupable et être reconnu responsable ?

JESSICA LEEDS : Ouais, c'est ce que je veux dire par rapport au système judiciaire. Il y a des gens qui vont assimiler le fait qu'il n'a pas été condamné, et ils ont été confus au sujet des accusations portées et de savoir si — qui était qui, qui défendait et qui poursuivait. C'est devenu assez déroutant. Nous devons donc retourner aux cours d'éducation civique. Mais je pense que c'est un bon résultat et j'en suis très reconnaissant.

AMY GOODMAN : Et je vais juste poser une dernière question. Vous avez fait votre coming-out avant que le président Trump ne remporte les élections en 2016, tout comme plus d'une douzaine de femmes. Était-ce 20, plus de 20 femmes ?

JESSICA LEEDS : Oui.

AMY GOODMAN : Il a été élu président. Il a maintenant été reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement une femme dans le vestiaire d'un grand magasin. Il se présente à nouveau à la présidence. Tes pensées?

JESSICA LEEDS : Encore une fois, il dispose d'un certain nombre de personnes qui voteront pour lui. La chose la plus vraie qu'il ait jamais dite, c'est qu'il pouvait se tenir au coin de la Cinquième Avenue et tirer sur quelqu'un sans perdre aucun vote. C'est tellement vrai. J'espère juste que le reste du monde pourra voir clair et savoir que nous avons besoin de quelqu'un de bien meilleur que lui pour gérer le pays.

AMY GOODMAN : Jessica Leeds, je tiens à vous remercier d'être avec nous. Elle est l'un des deux témoins qui ont témoigné dans le cas d'E. Jean Carroll sur leur propre expérience de l'agression sexuelle de Donald Trump. Elle a raconté aux jurés comment elle s'était assise à côté de lui dans un vol dans les années 1970 et comment il l'avait pelotée. Moira Donegan, je tiens également à vous remercier, chroniqueuse d'opinion pour Le gardien, écrivain en résidence au Clayman Institute for Gender Research de l'Université de Stanford. Nous établirons un lien vers vos articles sur cette affaire.

Nous nous entretenirons ensuite avec le poète et écrivain salvadorien Javier Zamora, auteur du best-seller de mémoires, Solito, à propos de son voyage de 4 000 milles, sans sa famille, depuis Salvador en passant par le Guatemala, au Mexique, jusqu'au désert de Sonora en Arizona, à l'âge de 9 ans. Rester avec nous.

Avatar de Charles Briot