La loi anti-BDS de l’Arkansas reste en vigueur parce que SCOTUS a refusé de la réviser

Publié le

La loi anti-BDS de l'Arkansas reste en vigueur parce que SCOTUS a refusé de la réviser

Une partie de la série

Droits de l'homme et torts mondiaux

Alors que le régime israélien d'extrême droite intensifie sa répression contre les Palestiniens, la Cour suprême des États-Unis a refusé de perturber une loi de l'Arkansas qui oblige les entrepreneurs du gouvernement à certifier qu'ils ne boycottent pas Israël ou les « territoires contrôlés par Israël ».

La Haute Cour n'a pas spécifiquement confirmé la loi anti-boycott de l'Arkansas. Cependant, le tribunal a refusé d'examiner l'affaire parce qu'il n'y avait pas quatre « juges » qui ont accepté de l'entendre. La loi anti-boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) de l'Arkansas reste donc en vigueur.

Le mouvement BDS a été lancé en 2005, lorsque 170 organisations de la société civile palestinienne ont appelé au boycott, au désinvestissement et aux sanctions – des « mesures punitives non violentes » – jusqu'à ce qu'Israël se conforme pleinement au droit international. Pour ce faire, Israël doit : 1) mettre fin à son occupation et à sa colonisation de tous les territoires arabes et démanteler la barrière murale ; 2) reconnaître les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d'Israël à une pleine égalité et 3) respecter, protéger et promouvoir les droits des réfugiés palestiniens à retourner sur leur terre, comme le demande la résolution 194 de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le « boycott » est le retrait du soutien à Israël ainsi qu'aux entreprises israéliennes et internationales, y compris les institutions culturelles et universitaires, qui violent les droits humains des Palestiniens. Le « désinvestissement » signifie que les églises, les banques, les universités, les de pension et les conseils locaux retirent leurs investissements aux entreprises israéliennes et internationales complices de la violation des droits des Palestiniens. Les « sanctions » impliquent que les gouvernements mettent fin au commerce militaire et aux accords de libre-échange et qu'ils expulsent Israël des forums internationaux.

Les succès du mouvement BDS ont incité les organisations de pression israéliennes, y compris les groupes sionistes chrétiens de droite, à introduire une législation anti-boycott aux niveaux local, étatique et fédéral.

Loi anti-boycott de l'Arkansas

L'une de ces lois est la loi 710, promulguée par l'Arkansas en 2017. Elle stipule qu'une entité publique ne doit pas « conclure de avec une entreprise… à moins qu'elle n'inclue une certification écrite attestant qu'elle n'est pas actuellement engagée dans ce contrat et qu'elle accepte pour la durée ». du contrat de ne pas s'engager dans un boycott d'Israël. Les entrepreneurs dont les contrats dépassent 1 000 $ doivent payer une pénalité de 20 pour cent s'ils refusent de signer la certification.

Lire aussi  Les habitants de Gaza craignent que l’armée israélienne se prépare à un nettoyage ethnique massif en Égypte

En octobre 2018, le conseil d'administration de l'Université de l'Arkansas a informé Alan Leveritt, PDG de de l'Arkansasqu'ils ne contracteraient pas de publicité supplémentaire avec son journal à moins qu'il ne signe une certification attestant que le Temps de l'Arkansas ne boycotte pas Israël pour le moment et a accepté de ne pas boycotter Israël pendant la durée du contrat. Même si Leveritt ne boycottait pas Israël, il ne signerait pas l'engagement. Par la suite, le conseil d'administration a refusé de conclure plusieurs contrats publicitaires avec le Temps de l'Arkansas.

Le Temps de l'Arkansas a poursuivi le conseil d'administration en décembre 2018 et a demandé une injonction préliminaire, arguant que l'exigence de certification de la loi violait le premier amendement. Il restreint la participation aux boycotts politiques et cible l'expression protégée en fonction de son sujet et de son point de vue, et il oblige à la parole.

Un juge de district fédéral a rejeté la requête en injonction préliminaire et l'a rejetée. Temps de l'ArkansasLe procès. Un panel de trois juges de la Cour d'appel du huitième circuit a renversé la décision du tribunal de district et a statué que la loi 710 violait le premier amendement.

En juin 2022, l'ensemble du huitième circuit a annulé la décision du comité et rejeté l'affaire. Le tribunal a jugé que la participation directe à un boycott n'est pas protégée par le premier amendement, même lorsque l'État a ciblé les boycotts sur un sujet spécifique et exprime un point de vue spécifique en faveur de l'interdiction. Le premier amendement protège uniquement le discours et l'association accompagnant un boycott, et non le boycott lui-même, a déclaré le tribunal.

Un précédent de la Cour suprême protège les boycotts

En rejetant Temps de l'ArkansasDans le cadre du procès, le huitième circuit a violé un précédent de longue date de la Cour suprême selon lequel les États ne peuvent pas réprimer les boycotts des consommateurs politiquement motivés. La Cour suprême a statué que le gouvernement ne peut pas restreindre l'expression en raison de son message, de ses idées, de son sujet ou de son contenu.

Lire aussi  Le procureur du Tennessee menace l'événement de la fierté en appliquant la loi anti-traînée bloquée

Néanmoins, le 21 février, la Cour suprême a rejeté certiorari et a refusé d'entendre Temps de l'ArkansasL'appel de, permettant ainsi le maintien de la décision du huitième circuit. Le refus de la Haute Cour de perturber la loi anti-boycott de l'Arkansas encouragera les États qui introduisent et adoptent des projets de loi ciblant d'autres boycotts à motivation politique, tels que ceux dirigés contre les fabricants d'armes à feu, les sociétés énergétiques et les intérêts forestiers, miniers et agricoles.

L'Union américaine des libertés civiles (ACLU), qui représentait le Temps de l'Arkansas dans ce cas, a écrit dans sa pétition pour certiorari à la Cour suprême que, selon le raisonnement du huitième circuit, « les États seraient libres d'interdire la participation à des campagnes de boycott défavorisées – qu'elles ciblent des entreprises qui soutiennent Israël, l'Arabie saoudite, Planned Parenthood ou la National Rifle Association » même si « la discrimination par le contenu est présumée inconstitutionnelle. »

Citant un précédent de la Cour suprême qui protège les boycotts visant à « provoquer des changements politiques, sociaux et économiques », la requête certifiée de l'ACLU souligne que les boycotts des consommateurs politiquement motivés « ont été omniprésents » tout au long de l'histoire des États-Unis. Il citait le boycott des commerçants qui vendaient des produits fabriqués par des esclaves dans la période entre la Révolution et la Guerre Civile, ainsi que les boycotts du mouvement des droits civiques et de l'opposition à l'apartheid en Afrique du Sud. « Ces actes de protestation collective font partie intégrante du discours public américain », a écrit l'ACLU.

« De la Boston Tea Party au boycott des bus de Montgomery, en passant par la campagne pour le désinvestissement de l'Afrique du Sud de l'apartheid, les boycotts ont joué un rôle central dans l'histoire de cette nation », ont déclaré des chercheurs du Premier Amendement, notamment Erwin Chemerinsky de la Berkeley Law School et Katherine Franke de la Columbia Law School. et Geoffrey Stone de l'Université de Chicago, ont écrit dans leur mémoire d'amicus en faveur de la pétition de certification. « Les Américains ont eu recours au boycott sur toute une série de sujets pour exprimer leurs convictions communes et imposer un changement social et politique. La décision du huitième circuit porte atteinte à cette riche tradition de protestation.»

Lire aussi  Des milliers de travailleurs de Gaza en Israël ont disparu depuis le début du siège de Gaza

La Cour suprême a raté une opportunité importante

Des lois anti-BDS ont été introduites dans plus de 40 États et 35 États ont adopté une législation anti-boycott, selon Palestine Legal.

Les tribunaux fédéraux du Kansas, du Texas, de Géorgie et d'Arizona ont estimé que les lois pénalisant les boycotts d'Israël violaient le Premier Amendement. La décision du huitième circuit, que la Cour suprême a autorisée à maintenir, est en contradiction avec ces décisions de l'État.

« La Cour suprême a raté une occasion importante de réaffirmer que le premier amendement protège le droit au boycott », a déclaré Brian Hauss, avocat principal du projet ACLU Speech, Privacy, and Technology, dans un communiqué.

« Ceci est simplement un modèle. Cela ne s'arrête pas là. Temps de l'ArkansasC'est Lewitt qui l'a dit Le gardien. « Nous avons maintenant déposé au Parlement de l'Arkansas des projets de loi visant à refuser les contrats d'État aux institutions financières et bancaires qui ont des politiques (sociales, environnementales et de gouvernance d'entreprise) qui leur interdisent d'investir dans les combustibles fossiles ou dans les sociétés d'armes à feu. »

« La lutte pour la libération collective nécessite une solidarité mondiale et une pression économique », a déclaré la représentante Rashida Tlaib (Démocrate du Michigan), une Palestinienne américaine, tweeté, répondant au refus de la Cour suprême de réviser la loi de l'Arkansas. « La décision d'aujourd'hui est une parodie, mais le peuple ne sera pas réduit au silence. »

Les partisans des droits des Palestiniens poursuivront la lutte tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des tribunaux. « Nous continuerons à nous opposer à ces lois qui portent atteinte à nos droits collectifs du premier amendement, mais les tribunaux ne libéreront pas la Palestine ni ne nous sauveront de la catastrophe climatique », a déclaré Meera Shah, avocate principale du cabinet juridique palestinien. Mondoweiss. « La meilleure protection juridique pour le BDS et pour tout autre mouvement qui boycotte la justice est d'intégrer les tactiques d'action collective du pouvoir populaire. C'est pourquoi il est essentiel de continuer à boycotter et à s'organiser pour garantir la justice pour tous, y compris les Palestiniens. »

Avatar de Charles Briot