« La farine pour faire du pain n’est pas pour vous », déclare une mère palestinienne survivant à Gaza

Publié le

A little girl sits in a makeshift shelter made of a clear plastic curtain.

Malgré les israéliens constants, les bombardements et la terreur dans l'air de près et de loin, étant en quelque sorte une habitude, je me réveille à l'appel à la prière, chaque petit matin. Et après m'être prosterné en direction de La Mecque, en direction de ma foi dans le Tout-Puissant, la question suivante qui me vient immédiatement à l'esprit, à chaque heure de prière du Fajr, est : comment et d'où vais-je, une jeune Palestinienne, une jeune mère palestinienne, j'ai pu obtenir aujourd'hui de la nourriture essentielle et de l'eau précieuse pour moi et pour ma fille de six ans. Autrement dit, si nous parvenons à survivre jusqu'au coucher du soleil et au-delà, avec la grâce du Tout-Puissant, à qui je suis si profondément fidèle et musulman pratiquant.

Ensuite, c'est une course folle pour remplir d'eau nos jerrycans en plastique de la taille d'un gallon. La part allouée à ma famille était de quelques gallons d'eau sale et sale pour la journée à venir. Nous sommes six adultes, en plus des plus jeunes, des enfants, blottis les uns contre les autres dans ce petit appartement délabré. C'est notre lieu actuel de refuge contre toute la mort, la destruction et la souffrance humaine inimaginable, tout simplement indescriptible, qui nous entourent. Nous utilisons cette précieuse eau allouée pour un bain rapide à l'éponge et une lessive essentielle, ce qui ressemble à un grand luxe extravagant. C'est une affaire apparemment extravagante, qui me coûte une ascension quotidienne éreintante du rez-de-chaussée jusqu'au cinquième étage de l'immeuble, sans électricité et sans ascenseur fonctionnel. Traîner toute cette eau lourde mais précieuse comme une bête de somme et surveiller constamment mon enfant en saisissant, en s'agrippant à une partie de mon tissu, en le suivant. Cette peur lancinante constante qu'il puisse très probablement y avoir une frappe de missile depuis les airs, et que tout cela serait terminé en un rien de temps. Pas seulement pour moi mais pour tous, du rez-de-chaussée jusqu'au cinquième étage.

Lire aussi  Des anciens étudiants refusent leurs dons en raison de la répression universitaire des manifestations pro-palestiniennes

Une visite normale aux toilettes doit être planifiée, planifiée à l'avance et pensée avec précision afin de ne pas dépenser plus d'eau – c'est un équilibre constant entre le besoin humain normal, le maintien de la santé mentale et la perte de tout en un tournemain (l'eau , la vie et les proches).

Les six adultes de ce deux pièces se relaient pour aller au bain, prendre des sortes de bains à l'éponge, prendre soin de leurs enfants respectifs, maintenir une certaine dignité humaine et un minimum d'hygiène. Il y a cette concurrence non déclarée pour l'eau du bain. Il y a une concurrence pour le pain qui nous parvient, une compétition très désagréable, un mode de vie très inhumain – que tant d'adultes doivent observer, s'attaquer les uns aux autres aux maigres tranches de pain et aux lentilles, si seulement elles sont disponibles ce jour-là. Le prix de la farine de blé est exorbitant, voire indisponible, vous ne pouvez pas vous permettre d'acheter de la farine de blé à Gaza aujourd'hui si vous êtes un Jack ou une Jill ordinaire. La farine pour faire du pain, pour nourrir votre estomac affamé, n'est pas pour vous.

Hier encore, mon enfant avait tellement faim, tellement affamé, et je n'ai rien pu obtenir des secouristes, qui viennent de moins en moins souvent dans cette région. Et honteusement, je lui ai demandé de se précipiter dans l'appartement voisin, au même étage, pour demander du pain. La fillette de six ans, poussée par sa mère, s'est dirigée vers les voisins mais est revenue aussi rapidement. Je suis revenu en pleurant et j'ai dit : « Maman, les voisins m'ont strictement interdit de me présenter à leur porte pour demander quelque d'aussi précieux que du pain à manger.

Lire aussi  Les défenseurs des droits humains critiquent la nomination d’Elliott Abrams au panel diplomatique

Il semble d'autant plus , presque assuré, que nous ne parviendrons pas à survivre à partir d'ici, étant donné le barrage d'armes et les bombardements dirigés contre nous depuis toutes les directions imaginables. Dans le cas contraire, j'espère que lorsque nous serons physiquement partis, quelqu'un appréciera et comprendra l'enfer que mon enfant et moi avons vécu au cours de nos derniers jours, en espérant juste quelques morceaux de pain frais, de la soupe chaude, de délicieux des fruits, et aspirons le plus à un peu d'eau propre pour boire et nous nettoyer, nous laver – nos désirs humains si fondamentaux et si terrestres.

Et ce qui m'a permis de tenir jusqu'au bout, ce sont trois choses : ma foi en Allah, mon amour pour ma jeune fille et le sang palestinien dans mes veines.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire