GM et Ford ont payé un taux d’imposition combiné moyen de seulement 1 % sur 42 milliards de dollars de bénéfices

Publié le

GM et Ford ont payé un taux d'imposition combiné moyen de seulement 1 % sur 42 milliards de dollars de bénéfices

Bien qu'elles aient récolté des dizaines de milliards de dollars de bénéfices au cours des cinq dernières années, General Motors et Ford ont payé un taux d'imposition combiné moyen de seulement 1 % sur le revenu total avant impôts, a révélé une analyse publiée mardi par les défenseurs de la justice économique – comme le révèle le rapport. Les géants de l'automobile ont affirmé qu'ils ne pouvaient pas se permettre de se permettre les des travailleurs en pour de meilleurs salaires.

L'analyse de l'Americans for Tax Fairness (ATF) – qui postule que « le système fiscal est truqué pour profiter aux sociétés multinationales plutôt qu'aux travailleurs qui les font fonctionner » – note qu'au cours des cinq dernières années, GM et Ford ont gagné un total de 34 milliards de dollars et Ils ont payé respectivement 8 milliards de dollars, mais ont payé un taux d'imposition fédéral effectif de seulement 1,3 % pour GM et de -0,2 % pour Ford.

« Alors qu'une partie de ces économies d'impôts a permis d'augmenter rapidement les rémunérations des dirigeants et des membres des conseils d'administration des entreprises, les salaires des travailleurs de base ont été à la traîne », indique le rapport. « La rémunération moyenne des dirigeants de GM et de Ford a augmenté de 32 % au cours des cinq dernières années, tandis que la rémunération médiane des travailleurs de l'automobile n'a augmenté que de 8,8 % sur la même période, élargissant l'écart salarial entre les dirigeants et les employés à 183 pour 1. »

« Au cours de la même période, GM et Ford ont versé un total combiné de 14 milliards de dollars en dividendes (34 fois plus que ce qu'ils ont payé en impôts), ont dépensé 3,6 milliards de dollars en rachats d'actions (neuf fois plus que ce qu'ils ont payé en impôts) et ont dépensé 614 dollars. millions de dollars sur les hauts dirigeants des entreprises (50 % de plus que ce qu'ils ont payé en impôts) », poursuit la publication.

L'analyse intervient cinq jours après une « grève d'opposition » menée par environ 13 000 membres des Travailleurs unis de l'automobile (UAW) dans les usines de GM, Ford et Stellantis. Les travailleurs recherchent de meilleurs salaires et avantages sociaux.

Lire aussi  Les États répriment les réunions anti-syndicales avec un public captif

« General Motors et Ford refusent de répondre aux demandes de l'UAW, affirmant que ce que demandent les travailleurs est déraisonnable », indique le rapport. « Une analyse d'Americans for Tax Fairness des dossiers les plus récents de GM et Ford (Securities and Exchange Commission) révèle que ce qui est vraiment déraisonnable est la façon dont les géants de l'automobile s'en sortent en ne payant pratiquement rien d'impôts fédéraux tout en enrichissant davantage leurs hauts dirigeants avec d'énormes salaires. et leurs actionnaires avec des versements de dividendes et des rachats d'actions.

Le directeur exécutif de l'ATF, David Kass, a affirmé que « Ford et GM ont inversé leurs priorités ».

« Ils surcompensent leurs dirigeants, membres de conseils d'administration et actionnaires déjà riches, tout en lésant les travailleurs et la nation qui ont rendu leur succès possible », a Kass. « Ils doivent proposer des propositions sérieuses pour partager la richesse avec les employés de base et commencer à payer leur juste part d'impôts. »

Kass a en outre affirmé que le Conseil national des relations du travail « doit garantir que ces entreprises traitent leurs travailleurs avec justice ; et lors des prochaines négociations budgétaires, le Congrès doit s'assurer que les grandes entreprises comme Ford et GM contribuent comme elles le devraient à la santé budgétaire de l'Amérique.»

L'évasion fiscale des sociétés est omniprésente dans la plupart des industries américaines. Selon une analyse du Government Accountability Office (GAO) commandée par le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.) et publiée en janvier, plus d'un tiers des grandes entreprises rentables aux États-Unis n'ont payé aucun impôt fédéral sur le revenu en 2018, l'année que la soi-disant « arnaque fiscale » républicaine promulguée par le président de l'époque, Donald Trump, a pris effet.

Lire aussi  Twitter a refusé de verser 500 millions de dollars à ses anciens employés à titre d'indemnité de départ, selon un procès

Le rapport du GAO révèle également que « les taux d'imposition effectifs moyens – le pourcentage des revenus payés après allègements fiscaux – parmi les grandes entreprises rentables ont chuté de 16 % en 2014 à 9 % en 2018 ».

D'autres analyses de données plus récentes confirment que la tendance se poursuit. Une étude du Center for American Progress sur les dossiers d'investisseurs de 2021 pour les sociétés Fortune 100 a révélé que 19 des plus grandes sociétés rentables d'Amérique « paient des taux d'imposition effectifs à un chiffre – ou ne paient rien du tout ».

Avatar de Charles Briot