Des nouveau-nés à Gaza meurent de causes évitables en raison du siège israélien, selon Oxfam

Publié le

Des nouveau-nés à Gaza meurent de causes évitables en raison du siège israélien, selon Oxfam

Les travailleurs humanitaires à Gaza ont déclaré jeudi que leurs difficultés quotidiennes pour prendre soin des femmes enceintes et des bébés démontrent pourquoi une pause de quatre jours dans les combats est loin d'être suffisante pour sauver la vie des habitants les plus vulnérables de l'enclave sous blocus, y compris les nouveau-nés qui ont commencé à meurent de causes évitables.

que le blocus israélien continue d'empêcher les autorités de Gaza de fournir de l'eau potable, de la nourriture, des installations sanitaires et du chauffage aux maisons et aux hôpitaux, les bébés âgés de trois mois et moins « meurent de diarrhée, d'hypothermie, de déshydratation et d'infection », a déclaré Oxfam International.

Juzoor, une organisation partenaire d'Oxfam dans le nord de Gaza, a déclaré que les naissances prématurées ont augmenté de 25 à 30 % depuis le 7 octobre, lorsqu'Israël a commencé ses bombardements sur Gaza en représailles à une attaque du Hamas.

Le groupe a soutenu environ 500 femmes enceintes dans 13 refuges – où vivent au total 35 000 personnes – et beaucoup d'entre elles ont accouché prématurément en raison du traumatisme persistant de « marcher sur de longues distances à la recherche de sécurité, fuir les bombes, et être entassé dans des abris aux conditions sordides.

Lire aussi  La manifestation de ce week-end à Washington a été la plus grande mobilisation pro-palestinienne de l'histoire des États-Unis

Les travailleurs humanitaires ont du mal à prendre soin de manière adéquate des milliers de personnes qui ont trouvé refuge dans des abris, les déchets s'accumulant en raison du manque de services d'assainissement et jusqu'à 600 personnes partageant les mêmes toilettes.

Sally Abi Khalil, directrice régionale d'Oxfam pour le Moyen-Orient, a déclaré que le fait que la crise ait atteint un stade où des bébés meurent de maladies évitables est « odieux ».

« Le mois dernier, nous avons perdu au moins un bébé dans chaque refuge, c'est navrant », a déclaré Umaiyeh Khammash, directrice de Juzoor. « L'accès aux hôpitaux est extrêmement dangereux et pratiquement impossible, c'est pourquoi de nombreuses femmes doivent accoucher dans des refuges avec peu ou pas de soutien maternel. »

Comme Rêves communs Selon un rapport, plus de 50 000 habitants de Gaza sont confrontés aux assauts israéliens alors qu'ils sont enceintes, et plus de 5 500 devraient accoucher d'ici un mois. Juzoor estime que 30 % des femmes seront confrontées à des complications de grossesse qui nécessiteront des soins médicaux supplémentaires, exposant ainsi leur bébé à un plus grand risque, en particulier au cours des 28 jours de la vie, lorsque les nouveau-nés sont les plus vulnérables.

Khammash a exprimé sa crainte que le groupe ne soit bientôt à court de nourriture pour les résidents.

« Le manque de carburant a affecté les hôpitaux du nord et les refuges où nous opérons », a-t-il déclaré. « Il n'y a pas de lumière, il n'y a pas de chaleur. Maintenant l'hiver arrive et il fait froid. C'est vraiment une catastrophe pour tout le monde, mais surtout pour les femmes enceintes.»

Lire aussi  Israël annonce un blocus total de la bande de Gaza

Certaines femmes ont accouché ces dernières semaines dans des salles de classe réaménagées, entourées de dizaines de réfugiés, sans personnel médical qualifié ni aucune capacité pour assurer « une hygiène de base », a déclaré Khalil.

« Je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un dans le monde qui serait en désaccord avec ce qui est tout simplement inhumain », a-t-elle ajouté.

Oxfam s'efforce de fournir aux abris de Juzoor des kits d'hygiène et de la nourriture, tandis que 60 professionnels de santé ont été mobilisés pour travailler avec des milliers de personnes déplacées.

« Mais la violence actuelle, le siège et les pénuries aiguës de carburant et d'eau potable entravent gravement ces efforts », a déclaré Oxfam en appelant les responsables à aller plus loin que la simple négociation d'une « pause humanitaire » de quatre jours.

« Oxfam appelle de toute urgence à un cessez-le-feu complet et à un accès humanitaire sans entrave afin de rétablir les services vitaux et de fournir une aide médicale désespérément nécessaire, en particulier aux femmes enceintes et aux nouveau-nés », a déclaré le groupe.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire