Des images montreraient Israël détruisant un cimetière à Gaza au bulldozer et exhumant des corps

Publié le

Des images montreraient Israël détruisant un cimetière à Gaza au bulldozer et exhumant des corps

Gaza est entrée mercredi dans son sixième jour de panne quasi totale des télécommunications, laissant les Palestiniens incapables de joindre leurs proches et isolés du reste du monde alors que les forces israéliennes font pleuvoir des bombes sur la région.

La société de télécommunications de Gaza Paltel et groupe d'accès Internet NetBlocks j'ai dit que le blocage actuel des communications, le neuvième depuis le début du siège actuel, est le plus long à ce jour. Le personnel de réparation n'a pas pu atteindre les sites endommagés – la plupart des infrastructures de communication ont été endommagées par les bombardements israéliens – pour rétablir l'accès.

Dans un cas, a déclaré Paltel, l'entreprise avait demandé à ses ouvriers d'effectuer des réparations avec les forces israéliennes la dernière, mais les ouvriers ont été tués en chemin. En fait, la plupart des réparations doivent effectuées par des employés au milieu des tirs et du harcèlement des chars israéliens, a déclaré le représentant de Paltel, Mamoon Fares. Le Washington Post. La panne d'électricité actuelle dure aussi longtemps, a déclaré Fares, parce qu'Israël empêche également les travailleurs d'effectuer des réparations.

Cela empêche les gens d'appeler à l'aide ou de faire savoir à leurs proches qu'ils sont toujours en vie, tandis que les travailleurs humanitaires sont incapables de communiquer entre eux. Selon Le New York Timesles travailleurs humanitaires affirment qu'il est presque impossible de communiquer et de coordonner les réponses aux crises, ce qui les empêche de répondre rapidement aux informations faisant état de personnes blessées.

Lire aussi  La droite pousse les projets de loi rétablissant la peine de mort dans le cadre d’un programme radical

Certaines personnes ont réussi à communiquer pendant les coupures de courant en utilisant des téléphones satellites et des cartes eSIM, même si ces moyens peuvent être coûteux et compliqués à mettre en place et ont été largement fournis grâce à des campagnes de dons.

Le peu d'informations qui s'échappent à travers la panne d'électricité sont souvent horribles.

Récemment vidéos postéespartagé par le journaliste palestinien Mohammed El-Kurd et Al Jazeeramontrent des images d'un cimetière à Khan Yunis, dans le sud de Gaza, avec des tombes endommagées et des corps apparemment retirés. Al Jazeera rapporte que des témoins ont vu des soldats israéliens emmener les corps vers un lieu inconnu.

Profaner les cadavres des personnes tuées lors d'opérations militaires constitue un crime de guerre. De plus, la violation des cadavres enterrés est une horreur supplémentaire que les forces israéliennes imposent aux Palestiniens, qui sont déjà incapables de pleurer correctement leurs morts alors que des centaines de personnes s'ajoutent chaque jour au bilan des morts.

Jusqu'à présent, selon Euro-Med Human Rights Monitor, les forces israéliennes ont détruit au bulldozer et profané des centaines de tombes dans au moins 12 cimetières autour de Gaza, et volé des dizaines de corps. Des images satellite montrent des cimetières entièrement rasés. Dans un cimetière d'Al-Tuffah, à l'est de la ville de Gaza, l'armée israélienne a déterré plus de 1 000 tombes, emportant plus de 150 corps qui venaient d'être enterrés, selon Euro-Med Monitor.

Lire aussi  2022 a été la pire année pour les fusillades dans les écoles « selon presque toutes les mesures significatives »

Le cimetière d'Al-Batsh a été créé en octobre afin d'enterrer les personnes non identifiées restées dans le complexe hospitalier d'Al-Shifa. Les forces israéliennes ont rasé Al-Batsh au début du mois et la majorité des corps ont été « enlevés, démembrés et pillés, ainsi que certaines des pierres tombales qui identifiaient les personnes enterrées là-bas », a déclaré Euro-Med Monitor.

Une ancienne résidente de la ville de Gaza, Nour Nasser, qui a été forcée de déménager dans la région sud de Gaza, a déclaré au groupe que son frère avait été enterré à Al-Batsh – et que désormais ses restes avaient disparu. « L'armée israélienne a non seulement tué mon frère, mais est également allée jusqu'à refuser à ma famille toute possibilité de visiter sa tombe », a déclaré Nasser.

Les graves profanations ont fait craindre qu'Israël ne prélève à nouveau les organes des Palestiniens qu'il a tués. Les responsables israéliens ont déjà admis procédé à des prélèvements d'organes, en 2009, mais affirment qu'ils ne le font plus maintenant. Cependant, les professionnels de la santé de Gaza et les responsables d'Euro-Med Monitor affirment avoir trouvé des preuves qu'Israël prélève des organes dans le cadre du siège actuel, les forces israéliennes déterrant régulièrement les cadavres et les corps sont restitués aux familles dans un état mutilé.

Certains rapports ont révélé qu'Israël utilise régulièrement les cadavres de Palestiniens comme monnaie d'échange. De nombreuses familles palestiniennes ont déclaré avoir attendu des mois, voire des années, pour que les corps des membres de leur famille leur soient restitués, alors qu'Israël maintient une politique de rétention des corps à des fins politiques.

Lire aussi  Le gouverneur du Texas transporte des demandeurs d'asile en bus vers New York et DC dans le cadre d'un coup politique

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire