Des célébrités exhortent Hollywood à mettre fin à son soutien au monopole des vaccins des grandes sociétés pharmaceutiques

Publié le

Des célébrités exhortent Hollywood à mettre fin à son soutien au monopole des vaccins des grandes sociétés pharmaceutiques

Plus de 275 artistes, célébrités et autres professionnels de la création ont signé une lettre ouverte approuvant une renonciation aux brevets pour les vaccins contre le coronavirus et fustigeant les arguments « fragiles » avancés par les lobbyistes de l'industrie défendant le régime mondial de propriété intellectuelle, qui a alimenté d'énormes inégalités en matière de vaccins. accéder.

Signée par l'acteur Mark Ruffalo, l'auteur et cinéaste Naomi Klein, la productrice Lilly Wachowski, la poète Anindita Sengupta et des centaines d'autres, la lettre exprime sa consternation face au fait que d'éminentes associations du cinéma, de l'édition et de la musique se soient jointes aux grandes sociétés pharmaceutiques pour faire pression contre une proposition de l'Organisation mondiale du commerce. cela suspendrait temporairement les brevets couvrant les vaccins et les thérapeutiques contre le Covid-19.

L'interception a rapporté plus tôt cette année que « la Motion Picture Association, qui représente les principaux studios de cinéma et de télévision, a déployé cinq lobbyistes pour influencer le Congrès et la Maison Blanche sur la dérogation. L'Association of American Publishers ainsi qu'Universal Music ont également révélé qu'ils faisaient activement pression contre cette mesure.

« Des sources industrielles affirment que les lobbyistes craignent que la dérogation ait une portée trop large et pourrait ouvrir la porte à une augmentation du piratage. » L'interception noté. « Mais la pression de l'industrie du droit d'auteur concerne une disposition de la proposition qui renoncerait à l'application du droit d'auteur pour la ‘prévention, le confinement et le traitement du Covid-19'. »

Dans la nouvelle lettre ouverte, les créateurs écrivent que les intérêts de l'industrie « utilisent de faux arguments basés sur les lois sur le droit d'auteur pour nos œuvres créatives » pour empêcher le partage de « traitements vitaux avec les pays dans le besoin ».

« Nous craignons que ces groupes continuent de faire pression en notre nom pour entraver ce processus urgent dont dépendent bon nombre de nos moyens de subsistance », peut-on lire dans la lettre. « Le partage de technologies qui sauvent des vies ne nuira pas aux musiciens, acteurs, écrivains ou autres professionnels de la création. En fait, cela sauvera beaucoup d'entre nous qui vivons dans des pays du monde entier, tout en nous permettant à nouveau de voyager, de jouer et de partager notre travail créatif avec le monde. Il est absurde que certaines associations qui prétendent représenter les intérêts des créateurs se battent au contraire pour les grandes sociétés pharmaceutiques.»

Lire aussi  La loi anticonstitutionnelle de Biden sur les « abus en matière de faillite » fait des péons des étudiants débiteurs

« En solidarité avec des milliards de personnes dans le monde », poursuit la lettre, « nous exigeons que les représentants des associations d'artistes et de créateurs cessent immédiatement tout effort de lobbying visant à affaiblir, retarder ou perturber la dérogation Covid-19 sur les ADPIC à l'OMC. »

La lettre mise à jour « Pas de Covid en notre nom » a été publiée quelques jours après que l'OMC a reporté sa conférence ministérielle semestrielle suite à la détection de la variante Omicron, qui, selon les militants de la santé publique, est un résultat prévisible de l'apartheid vaccinal enraciné.

Les partisans de la renonciation au brevet sur les vaccins, dont le sénateur américain Bernie Sanders (I-Vt.), appellent l'OMC à approuver immédiatement la proposition malgré le report de la conférence.

Lia Holland, directrice des campagnes et des communications de Fight for the Future – l'un des groupes qui ont aidé à rédiger la lettre – a déclaré jeudi dans un communiqué qu'« il est extrêmement troublant de voir des organisations qui prétendent représenter les intérêts des créateurs agir dans une opposition aussi farouche à la santé, la sécurité et les intérêts commerciaux des industries du divertissement et de la création.

« Alors que les sociétés pharmaceutiques risquent de profiter d'une tarification désespérée à mesure que la pandémie se prolonge », a ajouté Holland, « les créateurs ne peuvent que perdre dans un monde où nous ne pouvons pas nous rassembler pour apprécier et célébrer leur art. »

Lire la lettre complète :

À toutes les associations et individus qui s'opposent au partage de technologies permettant de sauver des vies en cas de pandémie :

Vous ne nous représentez pas.

L'accès aux vaccins, aux traitements et aux tests contre le Covid-19 constitue une crise des droits humains déterminante de ce siècle. Nous saluons les dirigeants mondiaux qui s'expriment pour sauver des vies. Comme Le sénateur Bernie Sanders l'a dit, d'innombrables vies doivent venir avant les bénéfices des sociétés pharmaceutiques.

Grâce au travail acharné d'une campagne mondiale et malgré la pression des grandes sociétés pharmaceutiques, les États-Unis ont entamé des négociations pour partager des technologies vitales en mai. Nous sommes consternés que les principales associations du cinéma, de l'édition et de la musique aient tenté d'empêcher que cela se produise. Ces groupes ont découragé les États-Unis de partager des traitements salvateurs avec des pays dans le besoin, en utilisant de faux arguments basés sur les lois sur le droit d'auteur pour nos œuvres créatives. Nous craignons que ces groupes continuent de faire pression en notre nom pour entraver ce processus urgent dont dépendent bon nombre de nos moyens de subsistance.

Nous rejoignons les groupes suivants qui soutiennent une action rapide sur une dérogation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) autorisant le partage des technologies de santé liées au Covid-19 : une coalition de plus de 100 pays ; la majorité des démocrates de la Chambre ; des syndicats de première ligne comme National Nurses United, l'Association of Flight Attendants-CWA et l'American Federation of Teachers ; et des centaines d'organisations de renommée internationale comme Médecins sans , Oxfam, Amnesty International, Human Rights Watch et l'ACLU.

Tout le monde doit accès le plus rapidement possible aux connaissances et aux outils qui sauveront des vies du Covid-19 : des vaccins et respirateurs à la technologie, aux conceptions et aux connaissances médicales. Sans une dérogation d'urgence à l'OMC aux droits de propriété intellectuelle qui bloquent le partage de ces ressources, de nombreux pays pourraient ne pas bénéficier d'un accès significatif aux vaccins contre le Covid-19 avant 2024, voire pas du tout. C'est inacceptable. Nous devons immédiatement partager nos connaissances et nos technologies avant que de nouveaux variants dévastateurs ne tuent encore plus de personnes.

Le partage de technologies qui sauvent des vies ne nuira pas aux musiciens, acteurs, écrivains ou autres professionnels de la création. En fait, cela sauvera beaucoup d'entre nous qui vivons dans des pays du monde entier, tout en nous permettant à nouveau de voyager, de jouer et de partager notre travail créatif avec le monde. Il est absurde que certaines associations qui prétendent représenter les intérêts des créateurs se battent plutôt pour les Big Pharma. Pour être clair, le texte de dérogation proposé ne nuira pas aux créateurs. La dérogation n'a jamais ciblé les créateurs, et le dernier projet a précisé qu'elle ne concerne que les produits et technologies de santé. La proposition renoncera aux protections de propriété intellectuelle uniquement pour la prévention, le confinement et le traitement du Covid-19. La renonciation n'a aucun impact sur les œuvres créatives telles que la musique, les films et les livres. Nous soutenons pleinement les dérogations aux quatre dispositions de propriété intellectuelle qui contribueront à mettre fin à la pandémie, car chaque disposition est essentielle pour stopper le Covid-19. La renonciation aux droits de brevet ne peut à elle seule sauver des vies si la conception et les connaissances nécessaires à leur utilisation ne sont pas également partagées.

En solidarité avec des milliards de personnes dans le monde, nous exigeons que les représentants des associations d'artistes et de créateurs cessent immédiatement tout effort de lobbying visant à affaiblir, retarder ou perturber la dérogation aux ADPIC liée au Covid-19 à l'OMC.

Avatar de Charles Briot