Alors qu’Israël a rasé Gaza, cela a également alimenté un nombre record de morts en Cisjordanie en 2023

Publié le

Alors qu’Israël a rasé Gaza, cela a également alimenté un nombre record de morts en Cisjordanie en 2023

Alors qu'Israël mène actuellement son attaque génocidaire contre Gaza, il a considérablement intensifié la violence en Cisjordanie, où l'occupation israélienne a tué des Palestiniens l'année dernière à un rythme sans précédent dans l'histoire moderne de la région, selon un nouveau rapport de l'ONU.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), 2023 a été l'année la plus meurtrière pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem-Est depuis que l'agence a commencé à enregistrer des en 2005, avec plus de 507 Palestiniens tués. Ce fut également l'année la plus meurtrière pour les enfants de la région, avec 124 d'enfants palestiniens enregistrés. Au même moment, 36 Israéliens, dont six enfants israéliens, ont été tués dans la région.

Il y a également eu 1 225 incidents impliquant des colons israéliens qui ont fait des victimes et/ou des dégâts matériels en Cisjordanie en 2023, ce qui constitue le nombre le plus élevé jamais enregistré par l'OCHA.

Le nombre de morts de l'année dernière en Cisjordanie était plus de trois fois supérieur au précédent record de 2022, au cours duquel 146 Palestiniens avaient été tués dans le cadre des violences des colons israéliens, dont Al Jazeera la journaliste Shireen Abu Akleh.

Avant le début de l'actuelle campagne israélienne contre Gaza en octobre, les Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem-Est étaient déjà sur le point de connaître l'année la plus meurtrière depuis près d'une décennie, avec au moins 100 Palestiniens tués dans les raids israéliens.

Israël a ensuite intensifié ses attaques en Cisjordanie tout en rasant Gaza, tuant des centaines d'autres en moins de trois mois alors que l'armée menait des raids dans les zones résidentielles et les camps de réfugiés et attaquait les hôpitaux abritant les blessés. Selon un récent rapport du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, entre le 7 octobre et le 27 décembre, les attaques de colons israéliens en Cisjordanie sont passées d'une moyenne de trois par jour à six par jour.

Lire aussi  Des défenseurs des droits humains critiquent le projet d'expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie

De nombreuses attaques se sont concentrées sur le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, les forces israéliennes ayant effectué des raids sur des maisons à la recherche de « terroristes » présumés et tuant des résidents du camp de réfugiés, notamment des enfants et des ambulanciers. De tels raids sont depuis longtemps monnaie courante en Cisjordanie et à Gaza, mais les Palestiniens et les groupes humanitaires ont noté que les attaques en Cisjordanie se déroulent désormais à un rythme beaucoup plus rapide.

Dans le même temps, Israël a considérablement intensifié sa campagne de détention et de torture des Palestiniens, les arrêtant sans inculpation, et les battant, les déshabillant et les humiliant pendant leur détention. Les forces israéliennes ont arrêté des milliers de Palestiniens en Cisjordanie – et, pendant la pause temporaire des bombardements israéliens sur Gaza en novembre, elles ont arrêté plus de Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est qu'elles n'en ont libéré dans le cadre de l'échange de prisonniers.

Les israéliens et les médias américains ont sans cesse cherché à justifier le massacre perpétré par Israël à Gaza comme une campagne visant à démanteler le Hamas. Mais la Cisjordanie est supervisée par un organe directeur presque totalement distinct de celui du Hamas et de Gaza.

L'escalade de la violence en Cisjordanie confirme donc l'argument selon lequel Israël ne cherche pas à éliminer le Hamas, comme le prétendent les responsables, mais plutôt à poursuivre son colonialisme violent en Cisjordanie et son nettoyage ethnique des Palestiniens à Gaza. . Cet argument est renforcé par des décennies d'occupation violente et d'apartheid par Israël en Cisjordanie et à Gaza, qui ont souvent été négligées dans la couverture médiatique récente.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire