Le NLRB accuse Amazon d’avoir illégalement appelé la police contre les travailleurs pour écraser la campagne syndicale

Publié le

Le NLRB accuse Amazon d'avoir illégalement appelé la police contre les travailleurs pour écraser la campagne syndicale

Un directeur régional du Conseil national des relations du travail a déposé lundi un dossier accusant Amazon d'avoir illégalement appelé la police contre les travailleurs et d'autres tactiques antisyndicales illégales lors de ses efforts pour écraser une campagne de syndicalisation dans un entrepôt près d'Albany, New York.

Dans la plainte, signalée pour la première fois par Bloombergle responsable du NLRB écrit qu'Amazon « a interféré, retenu et contraint » les travailleurs alors qu'ils tentaient d'exercer leur droit de s'organiser en vertu de la loi fédérale.

Lors de la tentative d'Amazon d'étouffer les travailleurs prosyndicaux dans l'usine de Castleton-on-Hudson, à New York l'année dernière, l'entreprise « a interdit au personnel de discuter du syndicat pendant son temps de travail tout en leur permettant de discuter d'autres sujets non professionnels », selon Bloomberg.

Le géant de l'entreprise a également soumis les travailleurs à des réunions obligatoires en « audience captive » visant à dissuader les travailleurs de se syndiquer et « a promulgué une politique interdisant aux employés d'être sur la propriété avant ou après leur quart de travail afin de décourager la syndicalisation », a rapporté le média.

Seth Goldstein, l'avocat du syndicat Amazon, a déclaré Bloomberg qu'« Amazon a été si scandaleux dans ses attaques contre le syndicat qu'il a été impossible de réussir à s'organiser » dans les locaux de Castleton-on-Hudson. Les employés de l'entrepôt ont voté à 406 voix contre 206 contre la syndicalisation, un résultat que les dirigeants syndicaux ont déclaré être fortement affecté par la lutte antisyndicale incessante d'Amazon.

Le vote a eu lieu quelques mois après que les employés des entrepôts d'Amazon à Staten Island, dans l'État de New York, ont voté en faveur de la création du premier syndicat de l'entreprise aux États-Unis. Amazon tente toujours d'annuler cette élection malgré une décision du NLRB rejetant la contestation, et l'entreprise a depuis été accusée d'avoir illégalement refusé de négocier avec le syndicat.

Lire aussi  Les candidats républicains à la présidentielle menacent de révoquer les visas des étudiants pro-palestiniens

La plainte du NLRB contre Amazon allègue qu'en août dernier, l'entreprise a licencié illégalement un employé de la région d'Albany pour s'être engagé dans une activité syndicale protégée. La plainte indique qu'Amazon être obligé de réintégrer le travailleur licencié avec des arriérés de salaire et de lire à haute voix un avis informant les employés de leur droit de s'organiser – ce que l'entreprise a dû faire à la fin de l'année dernière.

En novembre, un juge fédéral a ordonné à Amazon de « cesser et de s'abstenir » de exercer des contre les travailleurs qui s'étaient syndiqués.

L'entreprise a été accusée d'un large éventail de violations du droit du travail, notamment de surveillance illégale, d'intimidation et d'autres tactiques que les entreprises américaines utilisent couramment pour empêcher leurs travailleurs de se syndiquer.

L'année dernière, Amazon a dépensé plus de 14 millions de dollars en consultants antisyndicaux.

Avatar de Charles Briot